Le coaching permet de porter un regard sur soi bienveillant mais sans aveuglement, indulgent mais sans complaisance.

Le coaching permet de ne pas tourner en rond dans ses réflexions, clarifier ses besoins et ambitions et agir pour construire ses propres solutions et actions.

Le processus du coaching : Evaluer, décider, agir

 EVALUATION  :  Etat des lieux précis de la situation + Définir et clarifier le projet

Evaluer sa situation et son projet en tenant compte des motivations, moyens, ressources, contraintes. Evaluer les changements désirés et les résultats attendus, les critères d’évaluation, la dimension acceptable et réalisable du projet

DECISION : choix des solutions

 

Identification des solutions pour s’ajuster et aller vers le changement, 

Le coach ne se substitue par à son client et ne propose pas les solutions, il lui transmet des moyens pour repenser sa situation et arriver à une prise de décision  sereine et déterminée. 


ACTION : planification et mise en oeuvre des actions
 

Elaboration et mise en oeuvre concrète du plan d’action  à mener pour se rapprocher de l’objectif.

Le client est amené à conduire ses propres actions  et à les réévaluer  
Déterminer l’efficacité de chaque action jusqu’à ce que l’objectif soit satisfaisant.

pour la valoriser, la réajuster ou l’abandonner si nécessaire et se donner le droit de revenir en arrière 

- pour tirer des leçons des stratégies infructueuses et  apprendre à rebondir

- pour renforcer l’estime de soi en valorisant une réussite.

Les objectifs, un carburant essentiel à nos projets

 

Se fixer des objectifs, en coaching, c’est comme mettre de l’essence dans son moteur. C’est passer de l’invisible au visible, sortir des souhaits, et s’ancrer dans du concret. En référence à la méthode SMART utilisée en Management, un  objectif doit être :

  • Spécifique : Cela veut dire le plus précis possible : où, dans quel domaine, pour faire quoi, combien ? S’il est trop étendu on le perd vite de vue et on ne sait plus pourquoi on avance.

  • Mesurable : les critères de réussite (identifier les éléments qui permettront de déterminer dans quelle mesure nous avançons vers cet objectif, de constater qu’il est atteint)

  • Accessible (et Acceptable) et Ambitieux : Il doit comporter les étapes à franchir. L’objectif doit être suffisamment ambitieux pour nous motiver mais suffisamment à notre portée pour ne pas nous décourager. Il est acceptable quand il ne nuit pas directement ou intentionnellement aux personnes concernées.

  • Réaliste : Tenir compte de ses capacités à mener à bien ce projet en termes de ressources externes et internes. Quelle est la limite au-delà de laquelle l’objectif devient une épreuve à sa motivation.

  • Tenu dans le temps:  S’engager sur un délais qui  suffisamment long pour éviter trop de pression inutile et assez court pour qu’il ne soit pas perdu dans le temps. 

Tenir compte  des émotions, mécanismes, comportements, et conséquences d'une situation. Faire ressortir les bénéfices secondaires, les croyances qui la renforce, les freins, les besoins restant à combler, les changements désirés et les résultats attendus, le degré de satisfaction, les critères d’évaluation, la dimension acceptable et réalisable du projet…

Notre personnalité dans nos stratégies 

Nos décisions sont aussi guidées par nos comportements et s’expriment par des émotions négatives et des émotions positives. Si l’objectif est notre carburant dans le moteur, Notre part d’aller vers est notre accélérateur et notre part d’éviter de est notre volant. Ces schémas comportementaux (issus de la PNL) décrivent deux modes de fonctionnements que nous empruntons pour aller vers nos objectifs (avec une tendance souvent plus forte pour l'une ou l'autre, et parfois les deux)

  • Aller vers... Ce sont sont ceux qui savent ce qu’ils veulent (identifient les bénéfices pour encourager leur motivation). Investir sa motivation et son énergie dans la recherche de sens, être motivé par les buts, visionnaire, inspirant, créatif, innovant, dynamique, enthousiaste, et ayant une grande faculté à rebondir.  Préfère s’affranchir des détails d’une réalisation, considérés comme pénibles ou peu intéressants. La limite de ce comportement est de ne pas mesurer l’ampleur des obstacles et de s’y casser le nez. Les fortes attentes peuvent générer des déceptions plus fortes,  et les peurs cachées peuvent générer des auto-sabotages ou de la procrastination.

  • Eviter de...: Ce sont ceux qui savent ce dont ils ne veulent plus. (identifient les inconvénients possibles, les obstacles potentiels, pour pouvoir les traiter en amont et éviter des blocages intempestifs en cours de route). Investir sa motivation et son énergie dans la résolution de problèmes,  ne vend pas du rêve mais est capable de repérer des obstacles, des difficultés, des risques potentiels. Plus analytique de la situation, de l’itinéraire vers l’objectif,  notamment sur les détails de réalisation . Amène à la réflexion et au recul, aide à des réalisations plus fluides, à la recherche de solutions en permettant l’anticipation et le traitement en amont des problématiques. La limite de ce comportement est d'être conduits par ses craintes, peu entreprenant ou négatif

 

Apprenons à reconnaître les bénéfices et à les articuler pour les mettre au service de nos objectifs.

Appréhender et apprivoiser notre fonctionnement dans nos décisions permet de collaborer avoir soi même et avec  les autres avec plus d'efficacité et de bienveillance

Accepter le temps de l'enracinement

 

Le désir de changement peut être lié à l’envie de se dégager d’une problématique ressentie comme pénible ou  inconfortable. La personne se retrouve dans une attente de solutions à appliquer rapidement, parfois sans effort, ou avec des bénéfices immédiats, de l’efficacité garantie. Au risque de décevoir ces attentes, le coach n’a pas ces super pouvoirs. 
Il est normal après avoir pris cette décision, que les attentes soient grandes. Mais l’évolution personnelle passe par
la construction de nouvelles habitudes et modes de fonctionnement. Modifier un comportement, qui s’est ancré voir renforcé sur plusieurs années, passe par un certain nombre d’étapes indispensables et qui prennent forcément un temps qui dépasse celui du coaching :  


“On ne se débarrasse pas d’une habitude en la flanquant par la fenêtre, il faut lui faire descendre l’escalier marche par marche” (Mark Twain)


Le processus de changement passe par 3 temps
•    Celui de la compréhension et de l’acquisition 
•    Celui de l’ appropriation  
•    Celui de l’ utilisation autonome

...avant de déployer ses branches

Des signes de changement se constatent souvent dans les 3 mois de l’accompagnement, et apportent beaucoup de satisfaction. Néanmoins ils peuvent donner  l’illusion que l’objectif  est atteint. Pour s’ancrer durablement, un nouveau comportement nécessite une application en conscience beaucoup plus longue, la mise en œuvre de recettes et de solutions personnelles. et de tester différentes manières d’exprimer ce comportement. Ce processus doit intégrer aussi les périodes de recul ou de doute. A partir de 6 mois de nouveaux comportements peuvent commencer à s’ancrer.

  • White Facebook Icon
  • Blanc Google+ Icône